Famille Salésienne Camp-DBYN

Published on décembre 14th, 2017 | by Mouvement Salésien des Jeunes

0

Animation en République Tchèque

Cet été, j’ai eu l’occasion de vivre une expérience salésienne internationale en tant qu’animateur en République Tchèque. Il s’agissait d’un camp de 15 jours pour des jeunes tchèques entre 14 et 18 ans. Hormis les quelques mots que j’ai appris au cours de mon séjour, je ne parle pas tchèque. Si j’ai pu participer à ce camp extraordinaire, c’est parce qu’il se déroulait en anglais.

L’objectif du camp, qui m’a séduit, est d’offrir aux jeunes une opportunité de pratiquer l’anglais naturellement et au quotidien. Loin des murs de l’école et de ses cours traditionnels, ce camp est une occasion de vivre l’anglais dans un cadre salésien. C’est à dire un cadre où le jeu est la base des apprentissages qu’ils soient linguistiques, sociaux ou spirituels. Il n’y a pas de niveau d’anglais minimum à avoir pour s’inscrire. Tous les jeunes sont les bienvenus ; les véritables débutants côtoient au quotidien les quasi-bilingues.

Même chose au niveau spirituel. J’ai rencontré des catholiques convaincus, des musulmans, des agnostiques et tout ce qui ce trouve au milieu mais tous porteurs d’humilité et de questions profondes sur la vie. Malgré toutes ces différences, tout le monde y trouve son compte car tout le monde à quelque chose à apporter. Ce camp est pour moi un véritable exemple que la mixité, même si elle est parfois difficile, est d’une richesse inouïe. Un autre apport de mixité est l’intervention d’animateurs internationaux avec qui le seul moyen de communication est évidemment l’anglais. Même les jeunes les plus paresseux ou rencontrant des difficultés pour s’exprimer sont obligés de pratiquer un peu l’anglais s’ils veulent avoir un contact avec ces animateurs.

Camp-DBYN

Cette occasion de rencontrer des personnes d’un autre pays est aussi une chance pour ces jeunes qui à cet âge-là n’ont pas souvent eu l’occasion de rencontrer des autrichiens, des italiens, des belges ou encore des espagnols. Quel beau projet à l’heure de l’Europe, de la mondialisation et parfois du replis identitaire. Offrir à des adolescents en pleine construction la chance de s’ouvrir au monde de cette manière est pour moi une des plus belles réussites éducationnelles.

Je voudrais terminer cet article par deux des nombreux moments qui m’ont profondément marqués pendant et après ce camp. Le premier, à la fin du séjour, où une jeune fille agnostique et pétillante est repartie en pleurs parce qu’elle avait trouvé des amis comme elle n’en avait jamais trouvé autant en un même endroit et qui lui avaient fait vivre leur foi joyeuse et bienveillante, loin des grandes théories. Le second, il y a quelques semaines, où j’ai reçu un message d’un jeune qui me signalait qu’il avait obtenu le meilleur score au cours d’anglais. Il me faut préciser que ce jeune était extrêmement timide, qu’il était arrivé deux jours en retard, qu’il était aussi plus jeune que la moyenne et qu’il avait beaucoup de difficultés en anglais. Bref, un départ assez difficile, le genre de cas qui fait parfois perdre espoir. Il me confie donc que pour lui l’anglais n’est plus un souci parce que le camp lui a inspiré le défi de devenir fort en anglais et c’est chose faite.

Que demander de plus pour un animateur que de voir grandir et prendre confiance les jeunes qu’il accompagne ? C’est ce que m’a offert ce camp !

Si toi aussi qui me lis, tu as envie de vivre un telle expérience, Don Bosco Youth Net te propose des dizaines de propositions similaires et différentes partout en Europe. N’hésite à consulter le site internet : http://www.donboscoyouth.net, une telle expérience te transformera !

Merci beaucoup à Victor Simon pour cet article !

Be Sociable, Share!

Tags: , , , , , , , , , , , , ,




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑